Quelle est la différence entre du Chouchen et du Chufere ?

Le Chouchen et le Chufere sont très proches, mais ce n’est pas exactement la même chose. Le chouchen est un terme générique pour l’hydromel breton obtenu à partir de la fermentation du miel dans du jus de pomme ou du cidre, ainsi que de l’eau (voir qu’est ce que le chouchen).

Lorsque le chouchen est fait à base de miel et de cidre, on l’appelle « chufere ». Le Chufere est donc un type de chouchen bien spécifique, mais un chouchen n’est pas forcément un chufere.

Le Chufere, un alcool « féroce »

Le nom « chufere » vient du breton « chug ferv », signifiant mot à mot « jus féroce ». Inutile de préciser qu’avec un tel nom ce breuvage disposait d’une réputation d’alcool très fort. Pour autant ce n’était pas un alcool si fort que cela (8-9° environ).

Alors pourquoi ce nom ?

Une ancienne ruche utilisée pour le miel de chouchen.
Une ancienne ruche utilisée pour le miel de chouchen.

Comme pour le chouchen, la férocité de cet alcool s’explique par son mode de fabrication, et plus particulièrement par le mode d’extraction du miel d’autrefois.

Auparavant, les colonies d’abeilles étaient élevées dans des ruches tressées en paille, comme sur la photo de gauche. Ces ruches traditionnelles ne permettaient pas d’extraire le miel facilement. Il fallait sacrifier toute la ruche pour récolter le miel.

On retrouvait donc dans le miel des restes de cire, des abeilles mortes, et du venin d’abeille. C’est cela qui donnait au chouchen et au chufere leur réputation d’alcool féroce.

Ce qu’on disait du Chufere

Ce qu'on disait du chufere autrefois.Le Chufere n’avait donc pas toujours une bonne réputation. J’ai retrouvé dans un vieux journal en langue bretonne, « Ar Bobl » (le numéro d’août 1910), un article parlant des différente sortes de miels qui existent en Bretagne.

L’auteur nous présente une vison du chufere pour le moins étonnante aujourd’hui, en le rapprochant des vins doux de type Porto.

« Ar chufere evit gwir n’eo ket un evaj gwall fin pa ne vez ket labouret mad, met pa vez diloaet, silet, ha lezet da goshañ er voutaill, e kemer a-neubeudoù blaz gwin dous Porto. »

« En vérité, le chufere n’est pas une boisson très recherchée s’il n’est pas bien fait. Mais lorsqu’il est mis à décanter, filtré, puis vieilli en bouteille, il prend petit à petit le goût d’un vin doux de Porto. »

Le chufere, c’est (presque) fini…

Un verre de Chufere, le cocktail breton au chouchen.
Un bon verre de Chufere, le cocktail breton au chouchen.

Aujourd’hui, il n’existe quasiment plus aucun producteur faisant du vrai chufere. Un ou deux producteurs tout au plus en font encore dans le finistère, et c’est bien triste. Par habitude, et en l’absence de producteurs, on appelle donc désormais en Bretagne « chufere » un cocktail mélangeant du chouchen et du cidre.

Pour la fabrication du chufere, le cidre représentait environ 1/6ème du volume total. Dans le cocktail actuel du même nom les proportions ne sont plus les mêmes, mais la recette n’a de toute façon plus grand rapport en dehors du nom.

Si vous avez connaissance d’un producteur, ou si vous êtes vous même producteur, n’hésitez pas à m’envoyer un message via la page de contact ou en commentaire, je partagerai l’information avec plaisir.

Une question ou une recette à partager ? Laissez un commentaire !

10 commentaires Ajoutez les votres
  1. Merci pour toutes ces infos, vous êtes sûr qu’on ne peut plus trouver de producteur en dehors du finistère ? J’aimerai savoir où acheter du chufere traditionnel un peu plus proche dans le 35 et je desespère un peu ne trouvant absolument rien… 🙁

    1. Bonjour Yann, Je ne désespère pas d’en trouver quelques uns, auquel cas je référencerai les dits producteurs sur ce site (et je vous l’enverrai par mail si vous le souhaitez), mais je n’ai pas encore commencé la prospection de tous les producteurs de chouchen/Cidre pour essayer d’en trouver. Si vous trouver un producteur d’ici là, n’hésitez surtout pas à venir ici me donner l’adresse en commentaire.

  2. Bonjour, je sais que la crèperie de la Place au Beurre à Quimper propose du chuféré à sa carte. Peut-être est-il possible de leur acheter directement des bouteilles.

  3. A la crêperie de la place au Beurre à Quimper ils proposent en apéritif le chufere de Guillgomarc’h. Cest très bon et ça change de l’apéritif traditionnel.

  4. Bonjour
    Votre article es intéressant mais å la lecture de votre article je comprends toujours pas la différence entre chouchen et chufere.
    Je comprends qu’il y a une différence entre le mode de récolte du miel d’autrefois et celui d’aujourd’hui mais vous le dites vous même cela valait pour le chouchen et aussi pour le chufere.
    Cela ne constitue donc pas une différence entre chufere et chouchen.
    Pourriez vous expliquer de manière distincte d’une part ce que l’on trouve dans le chouchen et pas dans le chufere et d’autre part ce que l’on trouve dans le chufere et pas dans le chouchen ?
    Quels sont les façons actuelles de faire le chufere et les différences avec celles de faire le chouchen ? Idem avec autrefois ?
    Est ce que le chufere ne serait pas tout simplement une manière plus grossière de faire du chouchen : dėbris de ruche et d’abeilles moins ou pas filtrés ?

    1. Bonjour, de manière raccourcie, disons que :
      Le Chouchen c’est du miel fermenté normalement dans du jus de pomme et de l’eau.
      Le Chufere c’est du miel fermenté dans du cidre

  5. Depuis quelques années, étant apiculteur amateur, je réalise un breuvage apprécié à base de jus de pomme à cidre et miel de chàtaignier (2 à 4 kg de miel pour 20 litres de jus brut). La fermentation se développe comme un cidre. Le soutirrage dois être réalisé assez vite en 2 ou 3 fois afin de garder le côté doux du breuvage. Mis en bouteille à cidre, la fermentation se termine et rend la boisson pétillante comme un cidre. Bio et sans sulfate, les amis aiment bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *